centre international de poésie Marseille
ACCUEIL
 
LE CIPM
Présentation
Coordonnées
Adhérer
AUTEURS
PUBLICATIONS
[à télécharger]
Hors collection
CCP - cahier critique de poésie
CCP en ligne
Cahiers du Refuge
Le Refuge
Le Refuge en Méditerranée
Import / Export
Un bureau sur l'Atlantique
Actes de colloques
cent titres
[autres...]
Le Clou dans le Fer
PHONOTHÈQUE
RÉSEAU
Adresses
Liens

BIBLIOTHÈQUE

ARCHIVES
Expositions
Manifestations
Les Inédits
Résidences
Ateliers
Traduction
Conférences

MANIFESTATIONS

Christophe Tarkos


Poète de la lecture
Imprimer cette page


du vendredi 23 avril au samedi 24 avril 2010

Le vendredi 23 avril 2010 à 19 h 00

soirée consacrée à

Christophe Tarkos

avec :
Philippe Castellin, David Christoffel, Gérard Giachi

suivie de la projection de Christophe Tarkos Poète de la lecture de
Philippe Castellin



Le samedi 24 avril 2010 à 17 h 00

projection du film
Il est important de penser de
Katalin Molnár

avec la collaboration de
David Christoffel



Présentation :

Ami de Christophe Tarkos (nous nous sommes rencontrés début des années 90) j’ai, après beaucoup d’hésitations, accepté de prendre en charge l’édition du second volume des oeuvres de ce dernier, en accord avec Kati Molnar qui a joué ce rôle pour le premier volume, intitulé « Écrits Poétiques » et paru chez P.O.L en 2008. Pour me retenir d’accepter d’emblée la proposition qui m’avait été faite suite à un article paru dans Action Poétique, étaient des raisons affectives, sur lesquelles je passerai, comme sur l’ampleur (décourageante...) du projet : oeuvre encore largement inédite, peu étudiée et se développant sur des supports hétérogènes, notes, carnets, cahiers, multiples versions numériques etc...
Résolu à affronter tout cela, j’ai commencé à réfléchir à la nature de l’ouvrage. La thématique, celle des activités « performatives » et « sonores » de Christophe Tarkos, soulève en effet des difficultés particulières. Performer moi-même, seul ou associé à Jean Torregrosa dans le cadre d’Akenaton, je sais, d’expérience, la difficulté qu’il y a à « parler juste » à propos de ce genre de choses. On dira qu’il en va de même pour tout texte poétique. Certes. Mais le langage de la performance ne se limite pas au verbe et l’ancrage fortement contextuel d’une action performative s’oppose à une analyse critique classique.
J’en ai conclu que le livre projeté, au lieu de n’être qu’un livre, consente à graviter autour d’un DVD, que nous avons réalisé Jean et moi et qui sera présenté en avant première au cipM, la vidéo seule permettant que la dimension performative soit prise en compte : donc, non pas un livre + un DVD, mais un DVD articulé sur un livre et le fondant. Livre dont la finalité découle et, par là, se précise : d’une part restituer la liste des actions, leur contenu et leur contexte, de l’autre expliquer comment ces actions se rapportent aux autres pratiques de Christophe Tarkos.
[…]

Philippe Castellin, extrait de son texte inédit, in ' ' ' le Cahier du Refuge ' ' ' 188, avril 2010



Extrait :

[…]
Le poème est un endroit pas forcément certain, il peut avoir plusieurs sortes de propriétés. Il peut être rond, serré, utile, grand, réflexif. On peut faire des listes de propriétés. On peut agir sur la durée, élargir l’hétérogénéité, comparer tel poème rond avec toutes les choses rondes. Cela dépend aussi du temps dont on dispose pour faire le tour. S’il faut consacrer un certain temps à petit a, c’est que le poème consacrant un temps à petit a, c’est le temps qu’il faut lui consacrer. Quand il faut subdiviser le grand deux, ce n’est pas pour aller dire que la langue pourrait ne pas être sérieuse de parler des caisses ou de telle autre espèce de dosette. Chaque paquet de mots fait son unité de mesure. Chaque fois un exercice d’égalité avec un sens de l’autre côté de l’égalité. Ce que fait une phrase. De quoi faire son chaque. Si tout est processuel, tout n’est donc pas directionnel. Entre les deux, des énoncés peuvent tomber à côté. C’est toute la joie de pouvoir en mettre de tous les côtés.
[…]

David Christoffel, extrait de Ce que ce que, in le ' ' ' Cahier du Refuge ' ' ' 188, avril 2010



Nous formons le monde.
Nous formons un monde magique.
Nous nous goûtons.
Nous faisons de la magie.

Nous sommes en conversation avec le démon.

Le fait d’être avec le démon.
Nous savons.
Nous avons le ce que nous avons pour avoir conscience.
Assez de coeur.
Nous avons assez de coeur.

Nous avons pour avoir conscience assez de coeur pour savoir.
Le démon pour être en train de converser avec le assez de coeur de le démon.
Nous avons faim.
Nous avons la tentation de faire l’amour.
Nous sommes heureux.
Nous sommes heureux de faire l’amour.
Nous avons autant de coeur.
Nous avons tout autant de coeur.
Nous avons tout ce que le ce coeur nous avons fait un monde avec un démon.

[…]

Christophe Tarkos, extrait de Nous formons un monde magique, transcription par Katalin Molnár de la lecture-performance donnée par Christophe Tarkos au théâtre Scarron, le 14 mars 1998,
dans son intégralité in ' ' ' le Cahier du Refuge ' ' ' 188, avril 2010





Parallèlement - Ma langue :

Spectacle mis en scène par Mirabelle Rousseau, à partir du texte de Christophe Tarkos, avec la Compagnie T.O.C.
Du 4 au 27 mai
Les mardis, mercredis et jeudis.
La Loge - 77 bd Charonne - 75011 Paris.




lire aussi :
188

sur internet :
Ma langue [spectacle]
Ma langue [spectacle]

 

MA COMMANDE
LETTRE D'INFO
CCP 33
ACTUALITÉ
expositions :
Les invités
Les invités
manifestations :
Dimitri Bortnikov
Éditions Contrat Maint
Revue fondcommun, séance publique de travail
résidences :
Vincent Tholomé
vient de paraître :
260
CCP 33-5
CCP 33

en écoute :
Ly Hoang-Ly
Jean-Pierre Bertrand
Estella Comellas
Daniel Charles
Jena Osman
Hélène Gerster
Christophe Tarkos
Shuntaro Tanikawa
Arno Calleja
Marie de Quatrebarbes

retour en haut de page Mentions légales Crédits Coordonnées retour en haut de page