centre international de poésie Marseille
ACCUEIL
 
LE CIPM
Présentation
Coordonnées
Adhérer
AUTEURS
PUBLICATIONS
[à télécharger]
Hors collection
CCP - cahier critique de poésie
CCP en ligne
Cahiers du Refuge
Le Refuge
Le Refuge en Méditerranée
Import / Export
Un bureau sur l'Atlantique
Actes de colloques
cent titres
[autres...]
Le Clou dans le Fer
PHONOTHÈQUE
RÉSEAU
Adresses
Liens

BIBLIOTHÈQUE

ARCHIVES
Expositions
Manifestations
Les Inédits
Résidences
Ateliers
Traduction
Conférences

MANIFESTATIONS

Haïku contemporains

Imprimer cette page


le jeudi 20 novembre 1997, de 19h00 à 21h00

Deux conférences :
L'histoire du haïku jusqu'à notre temps par

Kan’ichi Abe

Mots clé dans le haïku contemporain par
Ban'ya Natsuishi

suivi de lectures de haïkus contemporains avec :
Sagichô Aihara, Yasumasa Sôda, Hiroko Takahashi



Cette manifestation a été organisée par le centre franco-japonais méditerranéen avec le soutien du Consulat Général du Japon à Marseille.



Au début de notre siècle, la France a connu le haïku classique japonais comme le haïkaï, grâce à Paul-Louis Couchoud (1879-1959) qui avait séjourné au Japon lors de la Guerre russo-japonais. Une centaine d’années n’a que peu permis au haïku moderne japonais – qui a subi l’influence de la poésie occidentale, bien qu’il ait conservé la poétique traditionnelle depuis l’Antiquité japonaise –, de rencontrer les lecteurs français.
Au Japon on a continué de composer d’innombrables haïku en forme fixe de 5/7/5 syllabes, sauf quelques exceptions, depuis plus de 340 ans. Pourquoi les japonais aiment-ils cette forme fixe si ardemment ? C’est que le système rythmique de 5/7/5 syllabes est aussi restreint que libre. Si nous avions choisi un système de 5/7/5/7 syllabes, un système symétrique, nous aurions abandonné ce système inflexible sans délai.
L’intellectuel japonais a emprunté un 5/7, système poétique qui était rigoureusement symétrique, à la poésie chinoise, peut-être à la fin du septième siècle. Comme on peut l’observer dans les beaux arts japonais, le Japon préfère toujours l’asymétrie ; dans le domaine poétique aussi. Le genre principal de la littérature classique japonaise était le Waka (un mot qui veut dire “chant japonais”) de 5/7/5/7/7 syllabes qui est plus long que le haïku. Cependant son système syllabique était partiellement symétrique mais fortement asymétrique.
Raccourcissant un waka, on a inauguré le genre haïku qui ne renonce jamais à l’asymétrie syllabique.
Par exemple, voici un haïku très célèbre du maître poète Bashô Matsuo (1644- 1694) à la fin du dix-septième siècle.

Furuike ya (5) / Un vieux étang !
kawazu tobikomu (7) / vers lui une grenouille a sauté
mizu no oto. (5) / son de l’eau.

[…]

Ban’ya Natsuishi, in ' ' ' Cahier du Refuge ' ' ' 60, novembre 1997






lire aussi :
60


écouter :
Haïku divers
Haïku et explications

 

MA COMMANDE
LETTRE D'INFO
CCP 33
ACTUALITÉ
expositions :
Miroslav Tichý
vient de paraître :
CCP 34-2
263
Miroslav Tichý

en écoute :
Ly Hoang-Ly
Jean-Pierre Bertrand
Estella Comellas
Daniel Charles
Jena Osman
Hélène Gerster
Christophe Tarkos
Shuntaro Tanikawa
Arno Calleja
Marie de Quatrebarbes

retour en haut de page Mentions légales Crédits Coordonnées retour en haut de page