centre international de poésie Marseille
ACCUEIL
 
LE CIPM
Présentation
Coordonnées
Adhérer
AUTEURS
PUBLICATIONS
[à télécharger]
Hors collection
CCP - cahier critique de poésie
CCP en ligne
Cahiers du Refuge
Le Refuge
Le Refuge en Méditerranée
Import / Export
Un bureau sur l'Atlantique
Actes de colloques
cent titres
[autres...]
Le Clou dans le Fer
PHONOTHÈQUE
RÉSEAU
Adresses
Liens

BIBLIOTHÈQUE

ARCHIVES
Expositions
Manifestations
Les Inédits
Résidences
Ateliers
Traduction
Conférences

MANIFESTATIONS

Les Belles Etrangères

Udayan Vajpeyi

Imprimer cette page


le vendredi 29 novembre 2002, à 19h00

Présentation et lecture bilingue de :
Udayan Vajpeyi

et de son traducteur :
Franck André Jamme

Udayan Vajpeyi, Poignards



Encore jeune, Udayan Vajpeyi. Avec pourtant déjà ancré en lui le souvenir de ses morts, qui le hantent car il y en eut beaucoup dans le petit cercle des proches, même la plus aimée est partie. D’où cette mémoire tatouée, à jamais. D’où ces fantômes allant et venant, errant dans ses textes parmi les éphémères, les vivants. Et, très vite, on ne sait du reste plus trop qui est qui, des présents ou des spectres, les identités se dissolvent. Au bout du compte, ici aussi, je n’est peut-être pas que moi. En fait, cet écrivain aurait pu devenir aussi bien cinéaste, il s’en est d’ailleurs fallu de peu. Ses mots ne l’ont pas oublié, on le sent, on le voit : à leurs qualités rétiniennes, leurs mouvements, leur passage en une phrase – un plan d’un lieu, d’un temps, d’un personnage à l’autre. Ceci encore : dans cette Inde si souvent pétrifiée par les archaïsmes, dans cette très ancienne culture dont il peut et comprendre et perpétuer les arcanes (ce qui est de plus en plus rare parmi les nouvelles générations, qui sont en particulier en train d’égarer le sanscrit), il s’y prend malgré tout, avec le langage, d’une façon résolument moderne. Sans le vouloir. Sans le chercher. D’une façon naturellement moderne. Et plus je le traduis (grâce à son aide), plus son style, mêlé de chagrin passionné, de brèves condensations de saveur imprévisibles et d’une étrange sorte de noblesse, affectueuse, me semble vraiment singulier.

Franck André Jamme, in le ' ' ' Cahier du Refuge ' ' ' 111, novembre / décembre 2002




extrait :

Père est rentré du bureau.

Il y a des hommes sur la route. Dans leurs mains
luisent des poignards.

Père fouille maintenant dans ses papiers pour y
mettre un peu d’ordre. Avant sa mort, au fond, cela
arrangera tout le monde. Sur sa chemise, ce n’est pas
de la poussière qui tombe, ce sont juste des mots.

Là-bas, au carrefour désert, un vieil homme vend des
cacahuètes tout au long de la nuit.

Dans la main de mon frère, un fusil. Père lui a interdit
de sortir.

Sur un toit de bois du vieux quartier, un beau-frère
est en train d’en finir : allongé sur le ventre, il n’arrête
pas de tousser, de cracher.

Caché derrière la porte, je regarde et je vois : les
hommes aux poignards sont arrivés devant chez nous.

Mère, la veuve, est occupée : elle prépare le repas.

Les mains tremblantes de Père brillent sous l’éclat des
lames. Soudain il hurle, à pleine voix. Il a vraiment
peur qu’on le tue.

Poignards, traduction Franck André Jamme




lire aussi :
111


écouter :
Chez soi
Le puit

sur internet :
Belles Étrangères (Les)

 

MA COMMANDE
LETTRE D'INFO
CCP 33
ACTUALITÉ
expositions :
Miroslav Tichý
Emmanuel Hocquard
manifestations :
Lucille Calmel / Gaëtan Rusquet
résidences :
Marie de Quatrebarbes
ateliers :
L’appel du large
vient de paraître :
CCP 34-3
263
Miroslav Tichý

en écoute :
Ly Hoang-Ly
Jean-Pierre Bertrand
Estella Comellas
Daniel Charles
Jena Osman
Hélène Gerster
Christophe Tarkos
Shuntaro Tanikawa
Arno Calleja
Marie de Quatrebarbes

retour en haut de page Mentions légales Crédits Coordonnées retour en haut de page